Résoudre les conflits

Sortir de la souffrance en situation conflictuelle

Comment communiquer sans vexer ?

Comment communiquer sans vexer ?

Communication NonViolente

Aujourd’hui, je vais répondre à cette question en vous décrivant la première étape de la Communication NonViolente.

L’OBSERVATION est la première des 4 composantes de la Communication NonViolente.

En situation conflictuelle, il est courant de diaboliser son adversaire, de juger son comportement et de lui attribuer des étiquettes qui transparaissent dans notre manière de communiquer.

Néanmoins, si vous cherchez à résoudre le conflit et à rétablir des rapports humains, il faut savoir observer la situation de la manière la plus objective possible.

Autrement dit, en faisant abstraction des évaluations et des jugements que nous faisons de manière inconsciente et spontanés.

Prenons l’exemple de ces deux observations :

“Claire n’a pas les épaules pour réussir son concours” et “Claire n’a travaillé que 25H sur les 100H de travail requis pour réussir son concours”.

Si votre manière d’observer une situation ressemble davantage à la première déclaration qu’à la deuxième vous pourriez trouver quelques informations utiles dans cet article pour apprendre à apaiser les tensions.

En effet, dans cet article vous allez comprendre le rôle de l’observation dans le processus de la Communication NonViolente tel que décrit par Marshall Rosenberg dans son livre : “Nonviolent Communication : a language of life”

Aussi, vous allez comprendre pourquoi il est important de bien séparer observation et évaluation.

Enfin, vous allez apprendre à faire la distinction, notamment à travers quelques petits exercices d’entraînement.

Rosenberg part du principe qu’observer à la manière de la Communication NonViolente, correspond au fait d’observer l’impact de ce que nous percevons sur nos ressentis, sans y introduire d’évaluation ou de jugement.

D’après Rosenberg, cette observation introspective est ce qui va nous permettre de nous exprimer de manière claire et honnête dans un second temps.

Dès lors que exprimons une observation en la mélangeant avec une évaluation ou un jugement, nous prenons le risque que notre interlocuteur.rice la reçoive comme une critique et résiste au message que nous voulons transmettre.

Toutefois, l’évaluation reste un processus cognitif spontané et naturel, il ne s’agit pas de le réfréner.

Selon Rosenberg, l’important est de savoir séparer nos observations de nos évaluations.

Par ailleurs, apprendre à observer avec ce regard, nous apprend également à empêcher notre tendance naturelle à généraliser et à mieux communiquer.

Cela en nous conduisant à baser nos évaluations sur l’observation des situations et de leurs spécificités.

En effet, lorsque nous généralisons, nous ne prenons pas en compte la complexité des situations.

Ainsi, nous partons avec des à priori qui obscurcissent notre capacité à observer de manière lucide ces situations et à communiquer avec les autres.

Observation VS Evaluation VS Communication

Faire la différence entre observation et évaluation

Voici quelques exemples d’observations mélangées avec des évaluations.

Celles-ci sont comparées à des observations séparées de toutes formes d’évaluations.

1 – Tu es trop généreux VS Lorsque je te vois donner tout l’argent pour ton déjeuner, je pense que tu es trop généreux.

Ici, la première déclaration impose une forme de vérité non contestable de ce qu’est la personne dans sa nature.

Alors que dans la seconde déclaration, on parle avant tout du comportement de la personne.

2 – Adam procrastine VS Adam étudie uniquement la veille de ses examens.

Dans la première déclaration on utilise verbe avec des connotations évaluatives.

3 – Si tu ne manges pas de façon équilibrée tu seras en mauvaise santé VS si tu ne manges pas de façon équilibrés j’ai peur tu sois en mauvaise santé.

Confusion entre prédiction et certitude.

4 – Les hommes ne prennent pas soin de leurs affaires VS Je n’ai pas vu mon frère ranger sa chambre depuis une semaine

Usage de généralisation dans l’évaluation réalisée.

5 – Balotelli est un mauvais footballer VS Balotelli n’a marqué que 3 buts pour 21 apparitions.

Utilisation de mots indiquant une aptitude sans préciser qu’il s’agit d’une évaluation.

6 – Ce plat est dégoûtant VS L’odeur et l’apparence de ce plat ne me plaisent pas.

Par ailleurs, l’utilisation des mots toujours, jamais, déjà, à chaque fois, peuvent exprimer une observation lorsqu’ils sont utilisés de cette manière :

A chaque fois que j’observe Jack au téléphone, il discute pendant une heure.

Je ne me rappel pas que tu m’ait déjà écris.

A l’inverse, lorsque ces mots sont employés pour exagérer elles peuvent exprimer une évaluation :

Tu es tout le temps occupé.

Elle n’est jamais là lorsqu’on a besoin d’elle.

Au même titre que les mots rarement et fréquemment :

Tu fais rarement ce que je veux VS Les trois dernières fois que j’ai proposé une activité, tu as dit que tu ne voulais pas participer.

Il vient fréquemment chez-nous VS Il vient au moins trois fois par semaine.

Lorsque nous mélangeons observation et évaluation nous prenons le risque que notre propos soit reçu comme une critique et de générer de la résistance.

Exercice communication

Exercice : Observation ou Evaluation?

Pour déterminer votre capacité à discerner les observations des évaluations, je vous propose d’essayer de retrouver parmi les déclarations ci-dessous, celles qui correspondent à des observations sans évaluations.

1 – Pierre s’est énervé contre moi hier, sans raison.

2 – Hier soir Nancy rongeait ses ongles en regardant la télévision.

3 – Samy n’a pas demandé mon avis pendant la réunion.

4 – Mon père est un homme bien.

5 – Jeanne travail trop.

6 – Henry est agressif.

7 – Pam était en première ligne tous les jours, cette semaine.

8 – Mon fils ne se brossent pas souvent les dents.

9 – Luc m’a dit que le jaune ne me donnait pas une belle apparence.

10 – Ma tante se plaint à chaque fois que je discute avec elle.

Correction :

1 – Pierre s’est énervé contre moi hier, sans raison.

“sans raison” correspond à une évaluation.

Il s’agit d’une évaluation qui infère le fait que Pierre soit en colère parce que c’est sa nature.

En réalité il est possible que Pierre soit blessé, effrayé, triste ou autre.

Exemple d’observations sans évaluation : “Pierre m’a dit qu’il était en colère” ou “Pierre a tapé sur la table avec son poing”.

2 – Hier soir Nancy rongeait ses ongles en regardant la télévision.

Il s’agit bien d’une observation sans évaluation.

3 – Samy n’a pas demandé mon avis pendant la réunion.

Il s’agit bien d’une observation sans évaluation.

4 – Mon père est un homme bien.

“homme bien” est une évaluation.

Une observation sans évaluation aurait pu être : “Durant les 20 dernières années mon père a donné 10% de son salaire à des associations”.

5 – Jeanne travail trop.

“trop” est une évaluation. 

Une observation sans évaluation aurait pu être : ‘”Janice passe plus de 60h par semaine au travail”.

6 – Henry est agressif.

“agressif”est considéré comme une évaluation.

Une observation sans évaluation aurait pu être : “Henry a crié sur sa sœur lorsqu’elle a changé de chaîne”.

7 – Pam était en première ligne tous les jours, cette semaine.

Il s’agit bien d’une observation sans évaluation.

8 – Mon fils ne se brossent pas souvent les dents.

“souvent” est considéré comme une évaluation.

Une observation sans évaluation aurait pu être “cette semaine, mon fils ne s’est brossé les dents que trois fois avant d’aller se coucher”.

9 – Luc m’a dit que le jaune ne m’allait pas bien.

Il s’agit bien d’une observation sans évaluation.

10 – Ma tante se plaint à chaque fois que je discute avec elle.

“se plaint” est considéré comme une évaluation.

Une observation sans évaluation aurait pu donner : “ Ma tante m’a appelé trois fois cette semaine et à chaque fois elle m’a parlé de personnes qui l’ont traité d’une façon qui ne lui plaisait pas”.

Discussion résolution de conflit communication

Discussion :

La motivation première de Rosenberg est de nous rééduquer dans notre manière de communiquer avec nous-même et avec les autres.

Pour en arriver là, il nous invite à porter un regard nouveau sur le comportement des autres par une observation sans jugement et sans évaluation.

Il s’agit de la première étape du processus de Communication NonViolente.

En effet cette étape est celle qui va permettre d’entamer un dialogue sans à priori et sans jugement pour créer une communication bienveillante.

Rosenberg nous explique que les évaluations peuvent être perçues comme des attaques et risque de placer notre interlocuteur dans une posture défensive.

A mon sens, savoir observer à la façon de la Communication NonViolente est intéressant pour développer sa capacité à comprendre les comportements de manière objective et communiquer avec son entourage en évitant les évaluations hâtives, qui peuvent dégrader nos relations et créer des conflits.

Toutefois, même s’il est important de savoir faire la part des choses pour expliquer le comportement des autres, certains d’entre eux restent inacceptable et ne méritent pas forcément d’être rationalisés dès lors qu’ils nuisent à autrui.

Nous verrons dans plus tard les autres composantes de la Communication NonViolente et comment elles s’articulent avec notre capacité d’observation et de communiquer.

Vous êtes libre de laisser un commentaire ci-dessous, si vous souhaitez échanger au sujet de cet article.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Précédent

3 habitudes qui empoisonnent vos relations

Suivant

Comment prendre par les émotions pour résoudre les conflits ?

  1. Merci pour cet article qui montre bien la différence entre le fait d’observer objectivement et le fait de faire un jugement de valeur. J’ai particulièrement apprécié le petit exercice qui m’a permis de tester mes capacités d’observation !
    Mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec la phrase 9 : le jaune ne me va pas bien, n’est-ce pas trop subjectif pour être une observation ?

    • Bastien HÜE

      Bonsoir Aline,

      Merci pour ton commentaire. Il est vrai que la frontière est parfois mince entre observation et évaluation.

      En fait Rosenberg parle d’observation dès lors que ce qui est exprimé décrit concrètement et précisément quelque chose. A l’inverse l’évaluation ne décrit pas suffisamment les faits observés et peut-être perçu comme une critique.

      Il y’a un piège dans la phrase 9. 🙂
      Ici on décrit le comportement de Luc, non pas le fait que le jaune ne m’aille pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

                                      Recevez gratuitement le guide "Résoudre les conflits avec la CNV".