Pour ce 11 -ème article sur résoudre les conflits.fr, je vais adopter un ton un peu plus personnel que d’habitude !

J’ai écrit mon premier article il y’a 3 mois environ, au rythme d’un article par semaine (enfin presque !) en parallèle de mon activité professionnelle.

Aujourd’hui j’ai décidé de prendre un peu de recul sur mon projet pour identifier mes axes d’amélioration et vous parler un peu de l’orientation que je compte donner à ce blog.

Jusqu’à présent, j’ai volontairement abordé le sujet de la résolution de conflit de la manière la plus générale possible.

Cela afin d’affiner ma compréhension du sujet et de déterminer mon positionnement par rapport à celui-ci.

Dix articles plus tard, je m’aperçois de la diversité des approches et de l’abondance de la littérature traitant du conflit.

Ainsi, je commence à avoir une vision plus précise de l’angle avec lequel je souhaite continuer à aborder ce sujet.

Mon objectif

Pour rappel, mon objectif est d’apporter de la valeur à mes lecteurs à travers des conseils pratiques visant à développer leur pouvoir d’action, face aux conflits.

Toutefois, les contenus que j’utilise pour écrire mes articles ne se prêtent pas tous très bien à la mise en place d’actions concrètes allant dans ce sens.

D’une part, parce que ces contenus sont parfois très théoriques et qu’ils sont, par conséquent, difficilement transposables à l’ensemble des situations conflictuelles.

D’autre part, parce qu’il s’agit souvent d’outils qui vont permettre d’analyser et de comprendre des situations conflictuelles sans pour autant faciliter la mise en place d’actions pour résoudre les conflits directement.

Or mon objectif, au-delà de transmettre des connaissances qui visent à comprendre les conflits est surtout de favoriser le passage à l’action pour les résoudre.

C’est pourquoi, je souhaite orienter mes prochains articles selon trois axes, correspondant à des “compétences” utiles et complémentaires à acquérir pour faire face aux conflits.

Cela dans l’optique de développer l’aspect pratique et facilement applicable de mon contenu.

Il s’agit pour moi de favoriser chez mes lecteurs, l’acquisition de ressources personnelles visant à retrouver un pouvoir d’action sur les conflits auxquels ils sont confrontés.

Ces trois axes sont la Communication Non-violente, l’assertivité, et la médiation.

communication non-violente

La communication Non-violente

La communication non violente (CNV) est une méthode élaborée par Marshall B. Rosenberg, psychologue américain, visant à permettre le développement de relations basées sur le respect de soi et des autres, la compassion, la coopération harmonieuse et l’empathie.

Il s’agit d’un processus de communication qui peut s’avérer utile dans la résolution de conflits entre deux personnes ou au sein d’un groupe.

Par ailleurs, la pratique de la CNV favorise également une meilleure relation avec soi-même, par une meilleure compréhension de ses besoins profonds.

Appliquer quotidiennement les principes de la communication non violente faciliterait l’atteinte d’un état de compassion permettant la résolution de conflits.

L’assertivité

L’assertivité est un mode de comportement personnel et de communication caractérisé par la volonté de défendre ses besoins et ses intérêts de manière ouverte et directe.

La personne assertive défend les choses qui lui tiennent à cœur tout en respectant celles qui importent aux autres.

Vous avez probablement connu les personnes qui correspondent à cette définition : le patron qui est ouvert à vos idées, mais qui se réserve le droit de prendre des décisions finales ; la collègue qui n’a pas peur de prendre la parole lors des réunions et de défendre ses points de vue.

La médiation

C’est un processus structuré qui rétablit la qualité relationnelle afin de permettre la résolution d’un différend par et pour les parties.

Le médiateur accompagne les parties pour leur permettre de trouver la solution la plus satisfaisante pour elles.

Le médiateur se doit d’être neutre (quant à la solution retenue par les parties), indépendant (sa rémunération ne dépend pas du résultat de la médiation), il est impartial vis à vis des parties (pas de parti pris) et il respecte une stricte confidentialité.

La médiation connait un essor et une réussite incontestable en France.

Un rapport du conseil d’État fait mention d’un taux de 70% de résolution des conflits.

Je vous invite d’ailleurs à découvrir mon article sur la médiation transformative.


Ces soft skills ont démontré leur pertinence dans la résolution de conflit.

Par ailleurs, ils sont particulièrement intéressants, dans la mesure où on peut les mettre en application à travers l’apprentissage de techniques simples et concrètes.

Je continuerai à écrire des articles qui sortent de ces trois axes, mais globalement mon positionnement sera à d’avantage axé sur l’individu et le développement de ses possibilités d’actions face aux conflits.

Notamment à travers l’apprentissage de la communication non-violente, le développement de l’assertivité et la découverte des principes de la médiation.


Je sortirai prochainement un guide de quelques pages avec des exemples et conseils pour résoudre les conflits à l’aide de la communication non-violente.

En attendant, merci d’avoir pris le temps de lire cet article.

N’hésitez pas à me faire part de vos critiques, idées et suggestions.

Cela me permet de prendre du recul sur mon projet et de l’améliorer pour répondre aux mieux à vos besoins en gestion de conflit.

D’ailleurs, quels sont les obstacles que vous rencontrez dans vos conflits en générale ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •